Publié par

Viorne

Viorne

La viorne, de son nom latin Viburnum prunifolium, fait partie de la famille des Caprifoliacées. Cet arbuste aux baies bleu-noir croît surtout dans les régions boisées du centre et du Sud de l’Amérique du Nord. Son écorce, récoltée sur les branches au printemps ainsi qu’en automne, tout comme ses racines, constituent les parties utilisées en phytothérapie, de par les molécules bénéfiques qu’elles renferment.

La viorne et son histoire :

Les Catawbas, une tribu nord-amérindienne, utilisaient déjà la viorne pour soigner la dysenterie. Plus proche de nous, au cours du 19ème siècle, son écorce, préparée sous forme de décoction, contribuait à interrompre les hémorragies utérines, du fait de son action tonique sur l’utérus.

Les constituants de la viorne :

La viorne renferme des coumarines dont le scopétol et l’esculétol, de la salicine, l’un des principes de l’aspirine, de la viburnine ( principe amer), des acides organiques, ainsi que quelques traces d’huile essentielle et de tanins.

Les vertus de la viorne :

  • Préparée en décoctions, en poudres, en teinture mère ou tout simplement en infusion, la viorne représente une plante particulièrement efficace pour traiter certains symptômes féminins.
  • De par ses vertus à la fois antispasmodiques et astringentes, la viorne contribue à diminuer certains troubles gynécologiques comme les règles abondantes, le prolapsus utérin et trouve toute sa place pour apaiser les symptômes liés à la ménopause.
  • De par son action sédative sur la sphère utérine, la viorne diminue les nausées matinales liées à une grossesse, tout en prévenant les risques de fausse couche. Après l’accouchement, la viorne peut apaiser les douleurs post-partum et réguler le syndrome des jambes lourdes.
  • La viorne, toujours de par son action antispasmodique, soulage également en cas de spasmes du côlon, de crampes douloureuses localisées au niveau de la vésicule biliaire, des voies digestives ou de l’appareil urinaire.

Les précautions d’emploi de la viorne :

L’emploi du viburnum est fortement déconseillée en cas d’allergie à l’aspirine.