Posted on

Vanadium

Vanadium

Le nom vanadium vient de Vanadis, « Dís des Vanir », une déesse scandinave de la beauté. Présent en très faible quantité en solution dans les océans, les effluents des usines produisant de l’oxyde de titane en contiennent de grandes quantités.

Cet oligo-élément fut découvert en 1801 à Mexico par Andrés Manuel del Río, un minéralogiste espagnol, qu’il baptisa « plomb brun ». Il fut suivi par Nils Gabriel Sefström, un chimiste suédois, qui redécouvrit le vanadium en travaillant sur des minerais de fer. Le vanadium provient également de l’érosion des sols et des roches mais l’air en est aussi chargé de par les émissions volcaniques nombreuses à travers le globe terrestre.

Le rôle du vanadium:

Le vanadium est un oligo-élément qui intervient dans de nombreuses fonctions de notre organisme : il améliore l’utilisation de l’insuline, est essentiel à la croissance des globules rouges, il contribuerait à normaliser le taux de cholestérol et aurait un rôle dans les fonctions thyroïdiennes. Il est de plus un composant de certaines enzymes.

Les sources de vanadium :

  • Les champignons, les fruits de mer et les poissons en sont les sources les plus importantes mais certaines céréales (surtout complètes) en renferment également des quantités non-négligeables, tout comme les pommes de terre, les épinards, le persil, les radis, le foie( abat) et même la bière.
  • Les huiles végétales d’olive et de tournesol viennent compléter le tableau des apports possibles au niveau alimentaire.

Des carences en vanadium ?

  • En général, une alimentation suffisamment équilibrée permet d’apporter les quantités de vanadium dont l’organisme a besoin. En pratique, les carences sont donc rarissimes mais peuvent entraîner, si c’est le cas, des troubles de la fertilité, de la croissance, cardiovasculaires, rénaux et osseux.
  • A ce jour, il n’existe pas d’apports nutritionnels conseillés pour le vanadium car ils sont largement couverts par l’alimentation. L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (Afssa) estime toutefois que les apports nécessaires se situeraient entre 10 à 20 microgrammes par jour chez l’adulte.
  • Le vanadium pris en excès peut entraîner des problèmes digestifs (type diarrhées et vomissements), mais ces seuils ne peuvent être atteints uniquement par l’alimentation.
  • Un effet toxique a toutefois été constaté chez divers animaux et certaines plantes dont notamment pour des algues d’eau douce cultivées in vitro.

Savouré, B. (1984). Effets toxiques du vanadium sur le métabolisme de quelques algues d’eau douce cultivées in vitro. Hydrobiologia, 118(2), 147-151