Publié par

Sauge

Sauge

Déjà connue et utilisée pendant la dynastie égyptienne, la sauge a traversé les siècles et bon nombre de continents : elle a toujours été utilisée aussi bien comme aliment que comme médicament.

Le nom latin de cette plante indique clairement l’importance de son rôle en phytothérapie : « salvia » vient de « salvare » en latin qui signifie « guérir ». Originaire des pourtours de la Méditerranée, la sauge est un sous-arbuste de la famille des labiées ou lamiacées : pas loin de 500 espèces en ont été dénombrées. Toutefois, en aromathérapie, deux types de sauge sont distillées : la « salvia sclarea » et « salvia officinalis », qu’il convient de bien distinguer, de par leurs différences au niveau de certains de leurs composants.


L’huile essentielle de Sauge officinale :

  • La salvia officinalis et son huile essentielle renferme des molécules de cétones terpéniques : thujone et camphre, des monoterpènes ( surtout de l’ alpha-pinène et du camphène) et un peu d’oxydes terpéniques( le 1,8-cinéole).
  • Du fait de sa composition biochimique, ses propriétés sont très larges : elle est une huile antibactérienne spécifique sur les coques gram +, les staphylocoques dorés et les streptocoques, doublée d’une antifongique sur le fameux candida albicans, et elle est antivirale.
  • Du fait de la présente d’oxydes terpéniques, elle est expectorante, mucolytique et représente une huile essentielle intéressante en cas de bronches encombrées, par exemple.
  • Elle facilite l’élimination des graisses et a une action anti-cellulitique.
  • Côté digestion, elle stimule les sécrétions biliaires et pancréatiques et peut diminuer l’excès de cholestérol.
  • Elle régule les cycles menstruels et soulage les troubles liés aux cycles et à la ménopause : c’est une huile essentielle dite oestrogen-like.
  • Elle contribue à accélérer les cicatrisations cutanées, tout particulièrement en cas de chéloïde ou d’infections cutanées.
  • Du fait de sa teneur en thujone, cette huile essentielle peut être neurotoxique et abortive : elle doit donc être utilisée avec une grande prudence. Elle est formellement interdite aux femmes enceintes et aux enfants, aux personnes épileptiques, souffrant d’hypertension. Son usage doit être limité dans le temps, surtout s’il s’agit d’un usage interne (à réaliser exclusivement sous contrôle médical ).

L’huile essentielle de sauge sclarée :

  • De son nom latin « salvia sclarea » , la sauge sclarée est traditionnellement considérée moins puissante que sa cousine, la sauge officinale. Ses principaux constituants biochimiques sont essentiellement l’acétate de linalyle et le linalol, des diterpènes ( sclaréol) et des tanins, ce qui lui confèrent des propriétés majeures en tant que régulatrice des cycles menstruels : son action est similaire aux oestrogènes.
  • Elle permet également de réguler la sécrétion du sébum ainsi que de venir à bout des transpirations excessives. Côté capillaire, c’est un excellent tonique du cuir chevelu ( cheveux gras), tout en permettant d’éliminer les pellicules : quelques gouttes dans votre shampoing au moment de l’utilisation sont suffisantes.
  • En cas de problèmes de peaux (acné, furoncle, inflammations cutanées), cette huile essentielle a toute sa place.
  • En cas d’aménorrhée ( absence de règles), de pré-ménopause, pour diminuer certains effets de la ménopause comme l’irritabilité et les bouffées de chaleur, cette huile essentielle peut aider : 2 gouttes d’huile essentielle de sauge sclarée sur un comprimé neutre ou dans une petite cuillère à café d’huile d’olive, et ce, trois fois par jour.
  • Cette huile essentielle, comme tout produit contenant des principes actifs, a ses contre-indications : elle peut être toxique en période de grossesse ainsi que chez les épileptiques, mais elle peut être utilisée par la femme allaitante, car elle favorise les montées de lait. Les personnes dont la tension artérielle est élevée doivent également éviter l’utilisation de cette huile essentielle.

En cas de doute sur l’utilisation d’une huile essentielle , n’hésitez pas à demander conseil auprès d’un thérapeute confirmé : la prescription d’huiles essentielles par voie orale est réservée exclusivement aux médecins.