Publié par

Romarin

Romarin

Plante originaire du bassin méditerranéen, de la famille des Lamiacées, elle était déjà utilisée dès l’Antiquité pour améliorer et stimuler la mémoire.

Autant de vertus que reflète sa flaveur reconnaissable entre toutes : ses fleurs bleu pâle dégagent une odeur aromatique déjà stimulante. Le romarin, de son nom latin Rosmarinus officinalis, renferme de nombreux constituants bénéfiques pour la santé : des flavonoïdes (apigénine, diosmine),des tanins, de l’acide rosmarinique, de la rosmaricine et des diterpènes.

Les propriétés de l’huile essentielle de romarin :

  • Elle est l’huile essentielle par excellence du système digestif, puisqu’elle stimule le foie et la vésicule biliaire, régule la digestion et diminue les flatulences.
  • Elle possède des vertus antiseptiques, antibactériennes, antifongiques tout en étant diurétique et purifiante.
  • Parfaite pour tonifier également la circulation ( avec ou sans varices) et pour décongestionner en cas de cellulite : un massage régulier, l’huile toujours diluée dans une base d’acides gras.
  • Elle lutte également contre l’acné, l’eczéma, le psoriasis, la chéloïde, le durillon, les pellicules, les poux ou la chute des cheveux.
  • Sur le plan émotionnel, l’huile apaise l’épuisement psychique et clarifie l’esprit tout en soulageant les maux de tête et l’hypotension. L’inhalation d’huile essentielle de romarin déposée sur un mouchoir peut largement aider à contrer la sensation de faiblesse ou de fatigue nerveuse c’est l’huile antifatigue par excellence.
  • L’inhalation de quelques gouttes d’huile essentielle de romarin déposées sur un mouchoir peut aider à contrer la sensation de faiblesse ou la fatigue nerveuse. Les vaporiser dans l’atmosphère est une autre option : au bureau, dans la pièce principale de la maison.

De quelle huile essentielle de romarin parle-t-on ?

  • Les feuilles récoltées en été peuvent être distillées, mais ce sont surtout ses sommités qui sont recherchées : la teneur en huile essentielle dépend de la plante et de sa spécificité biochimique. Il existe le Rosmarinus officinalis, à verbénone, à cinéole et à camphre, les trois déclinaisons n’ayant pas tout fait les mêmes vertus et indications.
  • L’huile essentielle de Rosmarinus officinalis à verbénone est riche en alpha-pinène (monoterpènes) et en bornéol (monoterpénols), en esters terpéniques, mais aussi en camphre ( cétones) et en verbénone. L’odeur rappelle le côté herbacé, un peu floral. Cette huile a toute sa place dans la régénération des cellules hépatiques mais aussi pour drainer le foie : 2 gouttes dans une cuillère d’huile d’olive ou de miel le matin à jeun.
  • L’huile essentielle de Rosmarinus officinalis à cinéole est, quant à elle, plus puissante au niveau senteur, avec des notes plus camphrées. Sa teneur principale est constituée de 1,8-cinéole (oxyde terpénique), d’alpha-pinène mais en moindre quantité que l’huile essentielle précédente, avec toujours la présence de camphre. Cette huile a donc toute sa place dans les pathologies de la sphère haute : bronchite, sinusite, refroidissement pulmonaire, sans oublier les problèmes liés à la fatigue et au surmenage en général : elle est parfaite en inhalation, en diffusion mais aussi directement sur le thorax, en cas de problèmes ORL.
  • L’huile essentielle de Rosmarinus officinalis à camphre est riche en alpha-pinène, en 1,8-cinéole, comme les deux autres, avec toutefois des pourcentages plus élevés en camphre : elle est plus indiquée en cas de contractures musculaires, de rhumatismes ou de courbatures. Son utilisation requiert de toujours la diluer dans un support huileux, à raison de 2 gouttes pour 4 gouttes d’huile végétale ( jojoba, argan, olive).

Quelques précautions d’emploi à respecter :

L’huile essentielle de romarin, et ce, quelque soit sa spécificité biochimique, contient des cétones potentiellement neurotoxiques et abortifs : elle ne doit pas être utilisée pendant la grossesse, ni chez les femmes allaitantes, les bébés, chez les personnes épileptiques ou hypertendus ainsi qu’en cas d’antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein.


En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil auprès d’un thérapeute confirmé : la prescription d’huiles essentielles par voie orale est réservée exclusivement aux médecins.