Publié par

Lobélie

Lobelie

La lobélie, qui comprend pas moins de 4 espèces, appartient à la famille des Lobéliacées. La lobelia inflata, la plus utilisée, se complaît sur les sols acides du continent nord-américain.

Plante annuelle aux fleurs bleu pâle et aux feuilles en forme de lance, ses parties aériennes séchées possèdent des propriétés thérapeutiques recherchées en phytothérapie.

L’histoire de la lobélie :

La lobélie, lobelia syphilis, une autre espèce du même genre, était utilisée dans la tradition amérindienne pour ses actions de libération au niveau de la sphère bronchique, l’expulsion des vers ainsi que pour traiter en cas de syphilis. De surcroît, les Indiens avaient pour coutume de fumer la lobélia, d’où son autre nom de tabac indien : elle était censée en avoir les mêmes effets. Plante de référence pour le botaniste Samuel Thomson, de par ses vertus vomitives, la lobélie, lobelia sinensis, quant à elle, reste encore de nos jours utilisée en Chine pour ses vertus diurétiques.

Les constituants et propriétés de la lobélie :

  • La lobélie renferme un grand nombre d’alcaloïdes, dont la lobéline, apparentée à la pipérine ainsi que des acides carboxyliques.
  • Ses principaux effets se situent donc au niveau respiratoire, de par ses propriétés à la fois antispasmodiques, expectorantes et stimulantes sur la respiration.
  • La plante dans son totum permet de stimuler une meilleure ventilation du cerveau, favorisant ainsi une meilleure oxygénation pouvant aller jusqu’à la circulation sanguine.
  • La lobélie peut ainsi traiter des troubles respiratoires tels que l’asthme, sous forme de teinture-mère et les bronchites chroniques, sous forme d’infusion, de par la détente qu’elle procure au niveau des bronchioles.
  • En application externe, sous forme de pommade ou de cataplasmes, la lobélie, de par son action réchauffante et antispasmodique, peut contribuer à soulager les muscles striés, allégeant ainsi certains problèmes de dos d’origine musculaire.
  • De par la ressemblance chimique entre la lobéline, contenue dans la plante et la nicotine, la prise de lobélia reste parfois conseillée pour aider certaines personnes désireuses d’arrêter de fumer.

Les contre-indications de la lobélia :

  • De par la présence d’alcaloïdes, la lobélia à fortes doses peut entraîner des effets vomitifs trop conséquents et devenir toxique.
  • Ne devant être consommée qu’une fois séchée, son utilisation requiert un contrôle et un suivi médical, avec une contre-indication majeure à la fois chez la femme enceinte, allaitante ainsi que chez l’enfant.