Publié par

Fustet

Fustet

Parfois appelé aussi arbre à perruques, Barbe de Jupiter ou sumac des teinturiers, le fustet est avant tout un mot d’origine arabe signifiant pistache de par la ressemblance de son fruit.

De son nom latin Cotinus Cotyggygria, le fustet fait partie de la famille des Anacardiacées. Cet arbuste buissonnant, très rameux, glabre et aromatique, aux couleurs flamboyantes en automne présente un intérêt en matière de teinture via l’utilisation à la fois de son bois et des ses rameaux feuillus.

Un peu d’histoire :

  • Le fustet fut l’objet de cueillettes intensives dans les ateliers du Comtat, ses feuilles servant à l’époque pour la mégisserie ainsi que pour le tannage des peaux. Sa culture, très répandue au Moyen-âge en Italie, représentait l’une des principales sources de jaune pour la teinture à la fois de la soie et de la laine.
  • Son bois, une fois mis en copeaux, délivrait ses couleurs allant du rouge orangé au jaune déjà sous l’Antiquité. Utilisé également en peinture, comme « petit teint », le fustet fut mentionné dans la grande encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

Les colorants du fustet :

  • Le bois du fustet contient des flavonols, notamment de la fisétine ainsi que des aurones, sous forme de sulfurétine ainsi que des tanins. Ses feuilles, quant à elles, sont riches en bon nombre de flavonols : fisétine,myricétine, quercétine, kaempférol.
  • La liste ne s’arrête toutefois pas là puisque les rameaux feuillus délivrent également des anthocyanes ainsi que des tanins, plutôt contenus dans les branches.

L’usage du fustet en teinture :

  • Le bois, une fois réduit en copeaux et en poudre, fournit des teintes allant des jaunes à l’orangé, une fois traité à l’alun et au tartre.
  • Si l’on ajoute un peu de fer en tant qu’additif, les couleurs virent alors du vert olive lorsque la teinture est utilisée sur la laine, le coton et la soie, nuances pouvant atteindre les bruns, voir même le noir.
  • Les rameaux feuillus, quant à eux, qu’ils soient utilisés frais ou secs, permettent d’obtenir exclusivement des teintes jaunes, sans besoin d’additifs.

Une précaution liée au fustet :

Certaines personnes peuvent être allergiques à son feuillage, ce dernier de par ses propriétés toxiques pouvant être redoutablement mortel pour les troupeaux qui paissent. En ce qui concerne les liquides issus du sumac, ils sont connus depuis la nuit des temps comme poisons violents.