Publié par

Fluor

Fluor

Le fluor fut pour la première fois mentionné au 16 ème siècle par Basile Valentin puis décrit par Georgius Agricola en tant que substance permettant la fusion des métaux ou des minéraux.

Le nom fluor vient du latin fluere, qui signifie flux ou fondant. Le fluor est présent naturellement dans la croûte terrestre où on peut le trouver dans les roches, le charbon et l’argile. De ce fait, l’être humain est exposé au fluor par l’intermédiaire de la nourriture,de l’eau qu’il boit et de l’air qu’il respire.

 Ou peut-on trouver le fluor ?

  • Les dentifrices mais aussi certaines eaux minérales (Vichy), le thé, la bière, le vin, les épinards, le persil, le pissenlit, les graines de tournesol germées, le poisson, les fruits de mer, les algues, les abats, les céréales complètes, la carotte, le chou et l’abricot en sont les meilleures sources.
  • Le fluor, en tant que tel n’a aucun rôle métabolique connu chez les animaux ou l’être humain, c’est l’ion fluorure, sous la forme de fluorure de sodium, qui peut présenter un intérêt sur l’organisme : des fluorures sont parfois ajoutés au sel de ménage mais aussi aux dentifrices, voir aussi dans certaines sources d’eau pour lutter notamment contre les caries dentaires.

Les bienfaits du fluor sur notre organisme :

D’après les recherches scientifiques, le fluor intervient directement dans la dentition notamment en matière de prévention de la carie dentaire. Ses composants permettent notamment de fortifier les dents ainsi qu’à favoriser sa reminéralisation lorsqu’elle est touchée par la plaque dentaire. Des apports journaliers aux doses recommandées permettent de protéger contre l’ostéoporose. Le fluor est un oligo-élément qui se fixe dans l’émail des dents et les rend beaucoup plus résistantes aux attaques des bactéries de la plaque dentaire. Son action renforce la fixation du calcium et du phosphore dans le tissu osseux. Il intervient également dans la tonicité des ligaments.

Peut-on être carencé en fluor ?

  • La dose quotidienne recommandée est de 2 mg pour les homme adultes et de 2,5 mg pour les femmes, le seuil pour les enfants de moins de 3 ans étant fixé à 0,5 mg au quotidien: les carences sont extrêmement rares. 
  • Par contre , au-delà des ces seuils, il peut y avoir un excès, une surconsommation de fluor (supérieur à 4 mg/jour) pouvant devenir toxique (fluorose) : l’apparition de tâches pigmentées sur l’émail, surtout si elles sont brunâtres et nombreuses, signe une fluorose sévère et nécessite une consultation chez le médecin. En cas d’overdose de fluor, une fluorose du squelette (10 à 40 mg/jour), un retard de croissance (pour 100 mg de fluor/jour) voir une surdose rénale( 125 mg /jour) sont possibles.
  • D’autre part, le risque d’intoxication chez les enfants reste plus élevé du fait de la présence souvent importante du fluor dans les dentifrices : il convient notamment de bien expliquer aux enfants qu’ils doivent recracher le dentifrice.

Une réglementation du taux de fluor dans l’eau existe:

  • Les pays ont diverses normes et règlements en matière de fluoration de l’eau, les formes les plus utilisées étant l’hexafluorosilicate de sodium et l’acide hexafluorosilicique mais leurs utilisations dans l’eau du robinet sont parfois difficiles à obtenir.
  • La fluoration du sel ( sous la forme de fluorure de potassium) est, quant à elle, plus claire, celle-ci devant être étiquetée, en mentionnant sel fluoré ou sel iodé et fluoré : le sel est supplémenté en fluor à raison de 250 mg/kg. Depuis 1993, une réglementation impose l’usage de sel fluoré dans les cantines scolaires françaises.
  • Les emballages doivent également alerter le consommateur par la mention : « ne pas consommer si l’eau de boisson contient plus de 0,5 mg/litre de fluor ».