Publié par

Eucalyptus

Eucalyptus huile essentielle

L’eucalyptus fait partie de la famille des Myrtacées, famille qui ne dénombre pas moins de 3000 espèces d’Eucalyptus.

L’huile essentielle distillée à partir soit de ses feuilles et de ses rameaux, soit des deux,offre une variété de 6 types d’huiles essentielles utilisées en aromathérapie.

Remède aborigène traditionnel, du fait de l’origine australienne de l’arbre, les feuilles séchées, fraîches tout comme leur huile essentielle ont de tout temps été des remèdes précieux afin de traiter les rhumes, les maux de gorge, les toux et autres infections.


Les différentes espèces d’Eucalyptus et ses huiles :

  • L’huile d’eucalyptus, quelque soit l’espèce utilisée, est une huile de couleur jaune pâle, facilement reconnaissable au niveau olfactif de par son odeur forte et fraîche à la fois : sa distillation est obtenue par entrainement à la vapeur.
  • Les huiles essentielles d’Eucalyptus globulus ou radiata sont de loin les huiles d’Eucalyptus les plus utilisées en aromathérapie : le 1,8-cinéole est leur principal constituant biochimique. Ces huiles présentent donc de ce fait des propriétés expectorantes et mucolytiques, ce qui leur confèrent ainsi toute leur place pour traiter les affections des voies respiratoires comme les bronchites, la grippe, les rhino-pharyngites, les laryngites. Elles n’ont pas leur pareil pour calmer les toux les plus tenaces ou permettre de fluidifier des bronches bien encombrées. Leur utilisation au quotidien reste simple : en diffusion dans une pièce pendant 10 minutes, sur un support en verre ou en bois, près d’une source chaleur ; par frictions sur le thorax, la nuque et le dos en mettant 10 gouttes dans l’équivalent d’une cuillère à soupe d’huile végétale ( amande douce, olive) ; ou tout simplement en inhalation en versant 10 gouttes dans un saladier en verre, tête recouverte avec un linge, ce, 3 fois par jours pendant 5 minutes. Du fait de leur spectre large, ces deux huiles présentent un intérêt pour diminuer les dermites bactériennes ou candidosiques : elles possèdent également des vertus antimicrobiennes, antibactériennes et antifongiques.
  • L’huile essentielle d’Eucalyptus smithii possède des constituants chimiques tel que le 1,8-cinéole, mais aussi des monoterpènes ( alpha-pinène, limonène), ce qui lui confère des indications aussi bien dans les problèmes de la sphère ORL mais aussi en cas de cystites ou de vaginites. De plus, cette autre variété d’huile essentielle d’Eucalyptus reste la mieux tolérée par la peau : elle peut donc être appliquée aussi bien pure que diluée.
  • L’huile essentielle d’Eucalyptus Citronné (Eucalyptus citriodora) renferme quant à elle du citronellal ,un aldéhyde terpénique, ses propriétés principales étant donc d’être anti-inflammatoire et antirhumatismale : cette huile est un remarquable antalgique. En cas d’arthrite inflammatoire, de polyarthrite rhumatoïde, d’épicondylite, de rhumatismes ou de tendinites, l’huile essentielle d’Eucalyptus Citronné semble tout indiquée. Il suffit d’en appliquer quelques gouttes sur les régions inflammatoires articulaires douloureuses ou cutanées, tout comme en cas de mycoses, de zona ou de prurit : elle est apaisante pour les dermes irrités. En diffusion atmosphérique, cette huile est parfaite pour éloigner les moustiques, du fait de la présence de citronellal.
  • L’huile essentielle d’Eucalyptus à cryptone (Eucalyptus polybractea cryptonifera), parfois également appelée Eucalyptus cumin, renferme des monoterpènes ( para-cymène) mais aussi du spathulénol, du cryptone ( un cétone) : cette huile essentielle permet de traiter bon nombre d’affections gynécologiques et urinaires d’origine virale tels que les cystites ou les urétrites. Egalement antivirale et antibactérienne, elle peut être diffusée afin de prévenir aussi les troubles ORL. Toutefois, du fait de la présence de cétone, son utilisation est formellement contre-indiquée chez les enfants, les personnes épileptiques ainsi que chez la femme enceinte.
  • L’huile essentielle d’Eucalyptus mentholé(Eucalyptus Piperitoniferum) , riche également en monoterpènes ( alpha-phellandrène) possède la particularité de renfermer de la pipéritone, un cétone puissant aux propriétés diverses. Cette huile, tout en étant anticatarrhale et mucolytique, permet de détruire les graisses, du fait de son action lipolytique. Elle permet de plus de drainer la sphère hépatique et rénale et est assimilée à un diurétique.
    Son usage reste avant tout externe : en frictions localisées suivant le mal( dos, sinus, bas-ventre, oreille),toujours diluée dans au moins 50% d’huile végétale.

De manière générale, mieux vaut utiliser les huiles essentielles d’Eucalyptus en frictions, en diffusion ou en massage, en évitant leur usage en interne. De plus, elles sont à éviter en cas de grossesse, surtout pendant les 3 premiers mois, ainsi que chez les enfants en bas âge.

En cas de doute sur l’utilisation d’une huile essentielle, n’hésitez pas à demander conseil auprès d’un thérapeute confirmé : la prescription d’huiles essentielles par voie orale est réservée exclusivement aux médecins.