Posted on

Epine-vinette

Epine-vinette

L’épine vinette, cet arbuste épineux de la famille des Berbéridacées, Berberis vulgaris, originaire d’Europe, a été introduit en Amérique du Nord.

Facilement reconnaissable à ses fleurs jaunes, portant des baies rouges en automne, ce dernier reste prisé pour son écorce ainsi que ses baies et sa souche en phytothérapie.

L’histoire de l’épine-vinette:

Déjà utilisées dans l’Egypte ancienne, les baies de cet arbuste, macérées avec des graines de fenouil, constituaient un parfait traitement pour faire baisser la fièvre. Plus tard, certaines tribus d’indiens d’Amérique du Nord lui conférèrent une autre indication, à savoir les ulcères d’estomac.

Que renferme l’épine-vinette ?

  • Son écorce ainsi que ses baies renferment des alcaloïdes isoquinoléiques, dont la berbérine et la berbamine qui auraient toutes deux des propriétés bactéricides.
  • Ces alcaloïdes recèleraient d’autre part des vertus anticancéreuses, même si des études plus poussées sont nécessaires pour en affirmer le bien fondé, de façon scientifique.

Les vertus et usages de l’épine-vinette :

  • De part la présence de berbérine, l’épinette-vinette agit sur le fonctionnement de la vésicule biliaire, en augmentant notamment la production de bile tout en apportant un soulagement important en cas de douleurs vésiculaires ainsi que lors de la présence de calculs biliaires.
  • De par ses propriétés antiseptiques, certaines dysenteries amibiennes et infections gastro-intestinales similaires peuvent être soulagées.
  • L’écorce présentant une forte astringence, celle-ci est toute indiquée pour combattre les diarrhées tout en favorisant la cicatrisation du tube digestif.
  • En décoction, l’épine-vinette aide à soulager, voir même certains problèmes d’eczémas et de psoriasis, tout en étant un parfait bain oculaire léger.

Les contre-indications de l’épine-vinette :

L’écorce ainsi que les baies ne doivent être utilisées que sous contrôle médical. De fait, les alcaloïdes qui y sont présents peuvent devenir toxiques à fortes doses. Leur usage est d’autre part déconseillé chez la femme enceinte ainsi que sur une durée supérieure à 6 semaines.