Publié le

Depuis des siècles, le lapacho et surtout son écorce font partie de la pharmacopée d’Amérique du sud.

Depuis des siècles, le lapacho et surtout son écorce font partie de la pharmacopée d’Amérique du sud.

Depuis des siècles, le lapacho et surtout son écorce font partie de la pharmacopée d’Amérique du sud.

Cet arbre, de par son caractère sacre, est plus connu sous le nom d’arbre sacre des Incas ou encore arbre de vie dans cette partie de l’hémisphère. Le lapacho, de son nom latin plus scientifique Tecoma adenophilla, de la famille des Bignoniacees, offre 3 variétés impetiginosa, heptaphylla et avellanedae qui ont su acquérir une réputation désormais mondiale. Celle-ci est tout autant liée a la qualité de son bois que de ses nombreuses propriétés contenue dans son écorce. Récoltée toute l’année dans les forêts brésiliennes, argentines, paraguayennes ou dans les Andes péruviennes, le lapacho demeure un arbre qui pousse a l’état sauvage, aucune culture n’existant encore a ce jour.

L’histoire du lapacho :

Les Incas, tout comme les Callaways du Brésil et d’autres peuples d’Amérique du Sud considéraient l’écorce du lapacho comme un remède universel : pour guérir les blessures, soulager les fièvres ( par les indiens Wayapi), en cas se dysenterie, d’inflammations intestinales et de morsures de serpent. Son écorce permettait également de se nourrir et de se nettoyer, du fait de ses propriétés detoxifiantes.

Que contient le lapacho ?

  • L’écorce de lapacho renferme de nombreux constituants dont des naphtoquinones( lapachol) et des anthraquinones, particulièrement efficace pour éradiquer le Candida albicans, en cas d’aphtes ou d’herpes, du fait de leurs vertus antifongiques et antibactériennes*.Ces molécules pourraient également, en simple décoction, inhiber la resistance au staphylocoque dore, même si d’autres études sont nécessaires pour en confirmer son action.
  • Elle contient d’autre part un certains nombre de flavonoïdes et de tanins, des antioxydants aux vertus radicalaires par excellence ainsi que des coumarines, connues pour accentuer la fluidité sanguine.De par son action anti-inflammatoire, cette écorce peut contribuer a traiter certaines inflammations, comme celles concernant l’estomac et l’intestin même si elle souvent préconise dans les cas d’inflammations au niveau urinaire( vessie,prostate, col de l’utérus).
  • Des propriétés tumorales**concernant notamment le lapachol ont été avancées des les années 60 par des recherches effectuées au Brésil, attribuant une efficacité dans le traitement de la leucémie: le lapachol aurait la capacité a freiner la croissance des cellules cancéreuses, en les empêchant d’assimiler l’oxygène. Ces tests cliniques, inspires de la tradition médicale indigène, nécessitent toutefois d’être poursuivis de façon plus intensive.
  • Riche en nombreux oligo-éléments, dont le magnesium, le zinc, le potassium, le cuivre, le chrome, la silice et le manganèse, l’écorce renferme du fer particulièrement bien assimilable par l’organisme qui trouve toute son indication en cas d’anémie.
  • De par sa richesse en nombreuses substances actives, l’écorce du lapacho représente l’un des produits naturels les plus utilises en cas d’infections virales ou bactériennes au niveau de la sphere ORL tout comme en cas de syndrome de fatigue chronique.
  • Son usage est des plus usité pour aider a épurer et a éliminer les déchets et les toxines pressentes dans le sang notamment en cas d’intoxication au mercure et aux métaux lourds.

Comment utiliser l’ecorce du lapacho ?

  • Seule la partie intérieure de l’écorce est séchée, permettant ainsi une utilisation sous différentes formes galéniques.Sous forme de décoction, particulièrement efficace en cas de candidose: laisser infuser 12 grammes d’écorce dans un litre d’eau chauffée a 100 degrés pendant au moins 15 minutes puis boire le mélange a raison de trois tasses, trois fois par jour.
  • Travaillée sous forme d’onguent, cette pâte peut être appliquée directement sur une plaie pour en accélérer la cicatrisation.
  • La teinture de lapacho convient ,quant a elle, a un usage au long cours, notamment en cas de fatigue virale ou de syndrome de fatigue chronique: en consommer 2ml dilues dans de l’eau, ce 3 fois par jour.

Les contre-indications du lapacho :

Son écorce contenant des coumarines aux vertus anti-coagulantes, elle reste contre indiquée en cas d’hémophilie tout comme pour les personnes deja traites par anticoagulants (antivitamine K, aspirine, héparine).


** Identification et valuation du lapacho comme agent antitumoral.Rao, Mc Bride JJ, Oleson JJ. Recherche sur le cancer 28:1952-4,oct 1968.Thérapies alimentaires.Clini.J.1993;43:309-319

*Comparaison des activités bactériennes et antifongiques de lapachol et beta-lapachol-Guiraud P,Steiman R.,Campos.GM.Planta Med 1994;60:373(4)