Publié le

Le nom magnésium provient du nom grec d’un district de Thessalie appelé Magnesia. Cette ville était…

Le nom magnésium provient du nom grec d'un district de Thessalie appelé Magnesia. Cette ville était...

Le nom magnésium provient du nom grec d’un district de Thessalie appelé Magnesia. Cette ville était extrêmement riche en magnésium et ce précieux oligo élément existait sous différentes formes.

Le magnésium joue un rôle très important dans l’équilibre du corps humain : il n’est pas moins responsables de plus 300 réactions enzymatiques.

De nombreux troubles peuvent être consécutifs à un manque de magnésium : dépression et angoisse, diabètes, spasmes musculaires, crampes, troubles cardiovasculaires, pression artérielle élevée, insomnie et ostéoporose. Les signes qui peuvent vous alerter sont la paupière qui saute, un sursaut à la moindre porte qui claque, des tremblements, et la sensation de froid même en plein été. Vous exercez une activité physique, vous êtes stressé ; vos stocks peuvent alors se retrouver au plus bas. Il faut penser à apporter à votre corps une alimentation riche en magnésium, voir sous forme de compléments alimentaires car il ne peut se produire tout seul.

Allons donc voir ensemble quels sont les aliments à privilégier :

La première source de magnésium est souvent d’origine céréalière

  • les produits à base de céréales intégrales ou de farine complète apportent de 3 à 5 fois plus de magnésium que les produits raffinés (pain blanc, riz blanc poli …)
  • ajouter dans vos plats les germes de maïs ,orge ou blé très riches en magnésium ( sous forme de graines germées par exemple)
  • un bol de flocons d’avoine pour votre petit-déjeuner

Tous les oléagineux pourront être consommés (sauf si vous êtes allergique à l’un de ces fruits ) :

  • Noix d’Amazonie,
  • amande sèche,
  • noix du Brésil,
  • noix de cajou,
  • noisette,
  • figue sèche

L’algue marine Nori est une source importante de protéines et de vitamine B 12. Vous pouvez en faire des tartares , la cuire avec un autre légume et la servir en soupe.

Les légumes secs comme les pois sec cassé, les haricots blanc sec (pensez à les faire tremper la veille et à changer l’eau le lendemain avant de les faire cuire)

Les fruits de mer (410mg de magnésium pour 100 grammes), les poissons(50mg), les escargots

Le cassis frais et la banane

Le pourpier qui pourra joliment agrémenter vos salades ,vos plats de crudités

Les oeufs

Le cacao en poudre , qui vous apporte entre 150 à 400mg de magnésium pour 100g

L’épinard cru , sans toutefois en abuser car le présence d’acide oxalique peut gêner son assimilation

Le sel de Nigari, un extrait naturel de sel marin qui contient 57% de chlorure de magnésium : à consommer de façon progressive car il peut provoquer au début des diarrhées.

N’oublions pas que le magnésium ne fonctionne pas tout seul : Il a besoin des vitamines du groupe B et notamment les vitamines B6 et B12 pour être fixé par votre organisme, ainsi que du tryptophane, un acide aminé essentiel que votre corps ne peut fabriquer et de la taurine (500 mg/Jour).

La vitamine B6 pourra être apportée par la consommation de saumon, de foie, les lentilles, le jaune d’œuf, les levures, les pommes de terre, le soja (si possible non OGM)

La vitamine B12 est contenue également dans le foie et les rognons mais aussi dans les fromages frais , les oeufs , les jus de légumes ,tous les légumes verts et les fruits rouges

Le tryptophane quant à lui se trouve dans tous les éléments cités ci-dessus et qui sont à privilégier : la nature est bien faite !

La taurine peut être fabriquée par votre organisme s’il ce dernier contient suffisamment de vitamine B6 , sinon vous la trouverez dans tous les aliments riches en protéines : la viande, le poisson, les crustacés, la volaille, les produits laitiers et les œufs. Attention aux boissons énergétiques qui en contiennent en trop grande quantité et qui est toujours d’origine synthétique !

Pensez également à privilégier les eaux de source riches en magnésium :

  • Rozana (160 mg/L)
  • Courmayeur (67 mg/L)
  • Quézac (95 mg/L),
  • Arvie (92 mg/L), pour les eaux gazeuses.

Une idée de plat riche en magnésium : Une tranche de foie accompagnée de lentilles ,d’une petite salade de pommes de terre , agrémentée de feuilles de pourpier et de courgettes découpées en lanières avec quelques paillettes de levure de bière et de coriandre fraîche ciselée au moment de servir : le tour est joué !

Attention :

Le magnésium est couplé au calcium : l’un ne va sans l’autre. Si vous apportez trop de calcium (supérieur à 1200 mg par jour), l’absorption du magnésium pourra être diminuée.

Le magnésium est absorbé dans votre intestin : il faudra donc veiller à avoir un système digestif en bon état afin que les « bons » aliments riches en magnésium puissent être assimilés.

L’apport recommandé quotidien est estimé à 300 mg de magnésium pour un adulte (le double pour les sportifs ou les femmes enceintes) ou encore 6 mg par kg de poids corporel (ANC CNERNA-CNRS 2001)

La consommation excessive de magnésium étant éliminée naturellement par l’organisme dans les urines, on veillera à en modérer les apports en cas d’altération de la fonction rénale. Seul l’empoisonnement par excès de magnésium peut exister chez l’enfant.

Tous ces conseils s’entendent pour des personnes en bonne santé. En cas de doutes, n‘hésitez pas à demander l’avis de notre pharmacienne ou votre médecin.

Publié le

L’iode un oligo-élément essentiel, dont le nom dérive du mot grec « ioeidès » qui signifie violet.

L'iode un oligo-élément essentiel, dont le nom dérive du mot grec "ioeidès" qui signifie violet.

L’iode un oligo-élément essentiel, dont le nom dérive du mot grec « ioeidès » qui signifie violet.

Sa découverte est due au chimiste Bernard Courtois en 1811, qui l’a isolé à partir d’algues destinées à l’époque à la production de salpêtre lors des guerres napoléoniennes.

L’intérêt de l’iode est connu depuis bien longtemps puisque sa teinture était déjà utilisée au 19ème siècle. L’essentiel de l’iode est d’origine maritime, son origine terrestre étant inégale du fait des précipitations: les plantes peuvent en contenir des teneurs très variables et pas toujours suffisantes pour les besoins de l’organisme.

Quel est le rôle de l’iode ?

  • L’iode est tout d’abord absorbé sous forme d’ions au niveau de l’estomac et du duodénum et stocké principalement dans la thyroïde, son élimination se faisant par la voie rénale.
  • L’iode est indispensable à la production des hormones thyroïdiennes, hormones indispensables au développement cérébral ainsi qu’à la régulation du métabolisme cellulaire(cardiaque, musculaire, nerveuse et digestive).
  • Il lutte contre la fatigue, l’obésité, joue un rôle sur la santé des phanères, participe à la conversion de la vitamine A et est un antitoxique et dépuratif majeur.

Peut-on être carencé en iode ?

  • Les situations de carence majeure en iode étaient encore fréquentes au début du XXe siècle, notamment parmi les populations montagnardes, qui ne pouvaient se procurer du sel du fait de son prix trop élevé : les cas de difformité et de nanisme étaient donc fréquents, ce qui a donné lieu à la définition de l’état de crétinisme, d’où l’expression « crétin des Alpes ».
  • La situation en Europe s’est nettement améliorée mais les situations de déficits en iode restent fréquentes, avec des conséquences notables sur le fonctionnement de la glande thyroïde. Obésité, retard intellectuel, baisse de la libido et de la fertilité, hypothyroïdie, asthénie, augmentation des avortements spontanés peuvent tous avoir pour origine un déficit en iode, avec un risque plus importants chez les femmes enceintes ainsi que celles qui allaitent leur enfant.
  • En Europe, la cause la plus fréquente de surcharges iodées réside dans la prise de médicaments comme les produits de contraste, les anti-arythmisants cardiaques ou les désinfectants. Ces produits doivent d’ailleurs être évités chez la femme enceinte, pendant l’accouchement ainsi que chez le jeune enfant. Un excès d’iode peut entrainer une inhibition de la synthèse des hormones thyroïdiennes, avec apparition d’un goitre, des cas d’hyperthyroïdie, source d’irritabilité, d’amaigrissement et d’insomnie.

Quels sont les aliments riches en iode ?

L’iode est très présent dans les algues, le poisson, les crustacés, le sel marin. Côté végétal, le soja, les haricots verts, l’ail, l’oignon, l’épinard, le cresson, la tomate, le navet, le poireau, la carotte, le chou et le radis en sont d’excellentes sources tout comme l’ananas, la poire et le raisin.

L’iode est-il toujours bien toléré ?

  •  La teinture d’iode, une forme d’iode (diiode) dissous dans de l’éthanol est utilisé en pharmacie et en milieu hospitalier comme antiseptique puissant, facilement reconnaissable aux traces jaunes sombres qu’il laisse sur la peau.
  • L’iode, s’il est « manié » dans un cadre professionnel, est un agent chimique dangereux : il est nocif par inhalation et par contact avec la peau.
  • L’iode est parfois incriminé d’être à l’origine de certaines allergies*: c’est le cas notamment de certains produits contrastant injectés pour des examens de radiologie ou encore lors de la consommation de certains fruits de mer. Or, une personne peut être allergique à l’un des composés de l’iode mais jamais à l’élément iode qui entre dans la composition de certaines hormones thyroïdiennes.

http://www.urgencenucleaire.qc.ca/documentation/iodemdque.pdf

Publié le

Acide aminé essentiel dit non-essentiel, le corps humain pouvant le fabriquer, l’alanine (L-alanine) fait partie des 20 acides aminés contribuant à fabriquer des protéines.

Acide aminé essentiel dit non-essentiel, le corps humain pouvant le fabriquer, l'alanine (L-alanine) fait partie des 20 acides aminés contribuant à fabriquer des protéines.

Acide aminé essentiel dit non-essentiel, le corps humain pouvant le fabriquer, l’alanine (L-alanine) fait partie des 20 acides aminés contribuant à fabriquer des protéines.

Le rôle de l’alanine :

L’alanine, l’un des plus petits acides aminés avec la lysine, fut isolé pour la première fois en 1879.

 

  • Cet acide aminé peut être créé dans les cellules musculaires au départ du glutamate (processus de transamination) puis, une fois arrivé dans le foie, l’alanine se transforme en pyruvate, raison pour laquelle cet acide aminé est dit non-essentiel : pas de production d’énergie sans la présence d’alanine car il contribue notamment à augmenter le taux de glucose au niveau sanguin, sans oublier sa présence dans les sécrétions prostatiques.
  • Le système immunitaire ne saurait se passer de cet acide aminé, du fait de son rôle dans la production des globules blancs ( lymphocytes).
  • De par sa composition chimique (groupe méthyle), l’alanine peut aider à éliminer les phosphates, parfois trop présents au sein de l’organisme tout comme certains produits nocifs.

Où trouver l’alanine ?

  • Cet acide aminé reste présent dans peu d’aliments représentés surtout par l’avocat, certaines viandes (bœuf et volailles) ainsi que dans le blé et les produits laitiers.
  • Des chimistes, en 1948, ont découvert des dérivés de la β-alanine, une autre forme chimique de cet acide aminé qui offrent une saveur sucrée plus intense que le saccharose.

Les doses d’alanine recommandées :

  • Les doses recommandées restent très larges puisqu’elles oscillent entre 500 et 2000 mg/jour, les carences bien que quasi-inexistantes n’étant pas synonymes de symptômes particuliers.
  • Toutefois, l’alanine présente une action opposée à celle de la taurine : mieux en tenir compte en cas de prise concomitante.
Publié le

L’arginine est un constituant des protéines ainsi qu’une source d’énergie, de carbone et d’azote pour les organismes vivants. Lors de traumatismes…

L'arginine est un constituant des protéines ainsi qu'une source d'énergie, de carbone et d'azote pour les organismes vivants. Lors de traumatismes...

Découverte par le chimiste suisse Ernst Schultze en 1886, l’arginine fut isolée pour la première fois à partir de plants de lupin. L’arginine fait partie des acides aminés qualifié de « non essentiel », celle-ci pouvant être synthétisée par l’organisme humain, à partir de la proline, de la glutamine et du glutamate. L’arginine est un constituant des protéines ainsi qu’une source d’énergie, de carbone et d’azote pour les organismes vivants. Lors de traumatismes, d’une intervention chirurgicale importante ou de certaines maladies, il est toutefois utile de pouvoir l’apporter via l’alimentation ou sous forme compléments alimentaires, sa synthèse devenant alors insuffisante.

Le rôle de l’arginine :

  • Ses rôles sont multiples, l’un de ses premiers étant d’assurer la division cellulaire.
  • Le bon fonctionnement du système immunitaire reste entre autre sous sa dépendance , ainsi que la sécrétion de certaines hormones, dont notamment l’hormone de croissance.
  • Le processus de guérison des blessures va de pair avec une quantité adéquate d’arginine.
  • L’un de ses autres rôles réside dans le fait qu’elle contribue à éliminer l’ammoniaque présente dans le corps.
  • Elle régularise le niveau de sel dans le sang et évite la rétention d’eau sous-cutanée.
  • Sa synthèse permet de plus au corps de fabriquer de la créatine, un nutriment contribuant au développement et au bon fonctionnement des muscles mais aussi aidant à brûler les graisses.
  • À partir de l’arginine, le corps fabrique de l’oxyde nitrique, une substance qui favorise la dilatation des vaisseaux sanguins : l’arginine a toute sa place pour le traitement de certaines dysfonctions érectiles*, autant chez la femme que chez l’homme, tout comme pour prévenir l’apparition de certaines maladies cardio-vasculaires ( régularisation du taux de cholestérol et de l’hypertension artérielle).

Les aliments riches en arginine :

  • Les céréales complètes, le riz brun tout comme l’avoine et le sarrasin restent de bonnes sources d’arginine. Les protéines comme la viande rouge mais aussi la volaille, le poisson et les produits laitiers viennent compléter le tableau. Les oléagineux comme l’amande, la noisette ainsi que les graines de pistache ou de tournesol en contiennent des teneurs intéressantes, tout comme les légumes, faciles à consommer au quotidien. Le miel et les produits de la ruche en général en sont de bons pourvoyeurs.
  • Certaines boissons énergisantes, même si leurs vertus nutritives peuvent sembler contestables, en renferment parfois des quantités non-négligeables : le Red Bull mais aussi le Hornii, plus commercialisé aux Etats-Unis, pour n’en citer que quelques-unes.

Peut-on être carencé en arginine ?

La période de croissance tout comme celle liée à la vieillesse**, ainsi que lors de la pratique de sport intense sans oublier certaines maladies et une sous-alimentation chronique peuvent favoriser une carence. Les manifestations principales se traduisent la plupart du temps par une mauvaise cicatrisation, une chute des cheveux, une constipation ainsi qu’une dégénérescence graisseuse du foie : il est nécessaire dans ce cas de se supplémenter rapidement.

Les contre-indications de l’arginine :

  • La consommation d’arginine est déconseillée aux femmes enceintes ou à celles qui allaitent, aux asthmatiques , aux personnes souffrant d’une insuffisance rénale, d’une cirrhose de foie ou à aux personnes en crises d’herpès ( mais la prise d’arginine est possible en dehors de toute crise).
  • L’arginine ne doit pas être prise en même temps que certains « médicaments » vasodilatateur ou hypotenseur, tels que le Viagra® ou le Cialis®, l’arginine produisant également de l’oxyde nitrique.
  • Quelques effets indésirables tels que des malaises gastro-intestinaux, des maux de tête ou de la diarrhée peuvent parfois être observés.
  • L’arginine est utilisée en médecine humaine afin d’explorer les fonctions sécrétoires de l’hormone de croissance à doses toutefois élevées, avec de fréquents troubles digestifs.

Les apports recommandés en arginine :

A ce jour, il n’existe pas d’apports journaliers recommandés, même s’il on estime qu’ils se situent aux alentour de 5 à 6 grammes par jour pour un adulte, ayant une alimentation dite équilibrée. La production de l’organisme se situe quant à elle aux alentours des 15 grammes.

* Chen, I., Wollman, Y., Chernichovsky, T., Iaina, A., Sofer, M., & Matzkin, H. (2001) Effect of oral administration of high-dose nitric oxide donor l-arginine in men with organic erectile dysfunction: results of a double-blind, randomized, placebo-controlled study BJU International, Volume 83, issue 3, (pp. 269-273)
**Hursen, M., Regan, M.C. & Kirk S.J. (1995) Metabolic effects of arginine in a healthy elderly

Publié le

L’arsenic est un oligo-élément indispensable à notre organisme

L'arsenic est un oligo-élément indispensable à notre organisme

L’arsenic est un oligo-élément indispensable à notre organisme, comme bon nombre d’oligo-éléments, et qui tire son nom du grec arsenikon « qui dompte le mâle ».

Sans goût et sans odeur, sa réputation de poison a traversé les siècles du fait de sa grande toxicité à doses infinitésimales, sous sa forme inorganique. Les gisements d’arsenic sont nombreux dans la croûte terrestre et les volcans en rejettent des milliers de tonnes. Présent dans les organismes vivants, dans l’environnement, les volcans en rejetant des milliers de tonnes, cet élément chimique d’origine naturelle joue un rôle dans un grand nombre des réactions liées aux os et aux dents.

Où trouve-t’on l’arsenic ?

  • L’arsenic n’étant pas biodégradable, il est présent dans les sols et les eaux et donc dans un grand nombre de végétaux, mais aussi de poissons et coquillages ainsi que dans l’eau de boisson.
  • L’arsenic est également présent à de très faibles concentrations (parties par milliard -ppb) dans la viande, la volaille, le lait, les produits laitiers, les pâtisseries et viennoiseries, les céréales, les légumes ainsi que dans les fruits et dans les jus de fruits.
  • Certains aliments contribuent toutefois plus à l’exposition alimentaire globale à l’arsenic inorganique, sa forme toxique : les céréales, les algues, le café, la bière, le riz, le poisson et des légumes. Le riz est la plante alimentaire qui le concentre le plus, sous sa forme minérale, la plus toxique.

Quels sont les besoins en arsenic ?

  • Les besoins de l’organisme se situent entre 10 et 20 microgrammes par jour, besoins largement couverts par l’alimentation (dans sa forme organique).
  • Toutefois, l’arsenic est à manier avec précaution puisqu’à très petites doses, répétées, il est classé comme cancérigène depuis 1980 (cancer de la peau, vessie et poumons), ainsi qu’étant suspecté de développer un diabète, une hépato-toxicité, des atteintes cutanées, une foeto-toxicité ainsi que des troubles cognitifs.
  • Les agences internationales ne donnent pas de valeur seuil concernant son effet cancérigène génotoxique , seulement un excès de risque unitaire : ne pas dépasser 2 litres d’eau par jour contenant 10 µg/L d’arsenic. Un seuil de 0,3 µg/kg pc/j pour une exposition chronique par voie orale pourrait avoir des effets non cancérogènes génotoxiques : en France, l’exposition moyenne (toutes formes confondues d’arsenic) est de 40 µg/j.

Comment peut-on diminuer le risque d’exposition à l’arsenic ?

En dehors de l’évincement des produits à haute teneur en arsenic, le choix d’une alimentation variant l’origine des produits alimentaires, les types de céréales, les poissons consommés, les légumes permet de réduire le risque d’exposition.

L’autre utilisation de l’arsenic :

Il est encore très employé dans certains pays comme pesticide, fongicide et insecticide et très présent dans le tabac. L’arsenic est également utilisé dans les pigments pour la peinture, dans le traitement du bois et des cuirs, le blanchiment de certains matériaux ainsi que dans le durcissement des cartouches.

Publié le

Le brome, le 5ème anion du corps humain

le Le brome, 5ème anion du corps humain

Le brome est un élément qui fut isolé par Balard en 1826, élément présent naturellement dans bon nombre de substances inorganiques.

Le brome se produit notamment sous forme de sels dans l’eau de mer, les ressorts minéraux et les gisements de sel. Le brome, trouvé en tant que bromure, sa forme la plus habituelle, est abondant dans le plasma et les tissus humains, après le chlorure, le bicarbonate, le phosphate et le sulfate : il représente le 5ème anion du corps humain.

Les meilleures sources alimentaires de brome :

  • Toutes les céréales, les lentilles, le pain, le foie (abat), la viande et certains vins en contiennent mais c’est sans compter sur les légumes comme le champignon et l’artichaut.
  • Côté fruit, l’abricot, la figue, la fraise, la groseille, la mandarine, l’orange, la pomme et le raisin en sont de bonnes sources également. Le brome, sous sa forme de bromure, est utilisé dans certaines préparations minérales colloïdales ou liquides ainsi que dans certains remèdes homéopathiques ( bromatum de kali).

Les autres sources du brome :

L’homme a commencé à introduire dans l’environnement des composés organiques bromés, absorbés par la peau ou respirés, pas toujours naturels et qui peuvent s’avérer plutôt nocifs : des dysfonctionnements du système nerveux sont possibles, ainsi que des dommages sur des organes tels que le foie, les reins, les poumons, un dysfonctionnement de l’estomac et du système gastro-intestinal, voir même une perturbation du matériel génétique. Certaines formes de composés organiques bromés, comme le bromure d’éthylène, ont même été incriminés dans l’apparition de certains cancers.

Quel est le rôle exact du brome ?

  • A l’heure actuelle, même si aucun besoin n’a été précisé par les autorités compétentes, quelques cas d’insuffisances ont été constatées mais seulement chez les animaux (le brome est présent en petites quantités chez tous les êtres vivants), engendrant des diminutions de la fertilité et de l’espérance de vie.
  • Chez certains patients hémodialysés, leur problèmes d’insomnie ont été associés à une insuffisance de bromure : le brome aurait un effet sédatif sur le système nerveux. Le bromure de potassium a notamment été employé comme drogue sédative aux Etats-Unis et est de temps en temps employé comme sédatif et anticonvulsivant en Europe.
  • Le bromure de potassium, sa forme la plus utilisée, peut mener à l’intoxication s’il est ingéré en grandes doses, menant à une dépression grave du système nerveux central y compris le coma.

A travers la nourriture et l’eau, l’homme absorbe des doses élevées de composés bromés inorganiques, comportant un risque pour sa santé (système nerveux, glande thyroïde) : le brome n’est donc pas considéré comme un aliment essentiel pour les humains.

Publié le

Leucine, acide aminé essentiel

Acide aminé essentiel dit essentiel, le corps humain ne pouvant le fabriquer, la leucine représente environ 8% de l'ensemble des acides aminés présents dans les structures protéiques de

Acide aminé essentiel dit essentiel, le corps humain ne pouvant le fabriquer, la leucine représente environ 8% de l’ensemble des acides aminés présents dans les structures protéiques de l’organisme, avec une concentration importante au niveau des tissus.

A quoi sert la leucine ?

  • En plus d’entrer dans la composition des protéines, la leucine intervient dans la synthèse des stérols par les tissus adipeux et les muscles : cet acide aminé permet d’aider à préserver le tissu, à fournir de l’énergie au corps, les adeptes de la musculation ou d’efforts sportifs l’ayant bien compris.
  • Même si de nouvelles études seraient nécessaires pour en confirmer le bien fondé, la consommation de leucine permettrait de réguler la balance azotée, souvent déséquilibrée chez les personnes âgées et pouvant être à l’origine de leur perte de masse musculaire.
  • Cet acide aminé essentiel peut accélérer le processus de guérison au niveau des os, de la peau et des muscles.
  • Elle stimule la libération de l’insuline, ce qui réduit le taux de glucose dans le sang.

Les sources de leucine :

  • Le germe de blé représente l’aliment en renfermant le plus de quantité, aux alentours de 2000 mg pour 100 grammes, suivi de près par les céréales complètes ( blé, riz , soja), les arachides et noix, le fromage blanc caillé et les pois chiches au niveau végétal.
  • Certains poissons comme le thon, le saumon mais aussi le filet de bœuf viennent compléter le tableau des apports possibles au niveau alimentaire.

Les doses de leucine recommandées :

La dose recommandée de leucine se situe entre 1 à 20 g/jour et bonne nouvelle, aucune étude n’a montrée à ce jour des signes liés à une déficience en leucine.