Publié par

Caroubier

Caroubier - Dans l'Egypte ancienne, les gousses de caroubier constituait un remède naturel pour soigner déjà les diarrhées, mélangées avec de la bouillie d'avoine, du miel et de la cire. Les caroubes figuraient également comme traitement naturel dans les préparations vermifuges, couplées à une action au niveau oculaire, notamment en cas d'infections ainsi que comme plante pour traiter naturellement certains troubles visuels.

Le caroubier, de son nom latin Ceratonia silique , parfois dénommé figuier d’Egypte, pain de Saint Jean-Baptiste ou fève de Pythagore, fait partie de la famille des Fabacées. Cet arbuste à feuilles persistantes, aux fleurs vertes délivre des fruits marron et violet plus connus sous le nom de caroubes, récoltés au début de l’automne.

Originaire du Sud-est de l’Europe ainsi que d’Asie occidentale et d’Afrique du Nord, le caroubier pousse sur des sols pauvres mais nécessite toutefois des climats tempérés. La gomme issue de l’enveloppe des graines ainsi que la farine de caroube, obtenue par torréfaction des gousses sont les parties utilisées en phytothérapie.

Histoire de la caroube

Dans l’Egypte ancienne, les gousses de caroubier constituait un remède naturel pour soigner déjà les diarrhées, mélangées avec de la bouillie d’avoine, du miel et de la cire. Les caroubes figuraient également comme traitement naturel dans les préparations vermifuges, couplées à une action au niveau oculaire, notamment en cas d’infections ainsi que comme plante pour traiter naturellement certains troubles visuels.

Que contient la caroube ?

Le fruit renferme surtout des sucres pouvant atteindre 60% de ses constituants, des tanins, de l’amidon, des protéines et quelques acides gras.

Les effets thérapeutiques de la caroube 

  • Nutritive par excellence, la caroube, consommée fraîche demeure un fruit antianémique par excellence. Consommée sous forme de farine, elle permet de remplacer la farine de blé adjointe dans les laits en poudre : moins d’éléments allergènes avec des teneurs élevées en éléments nutritifs.
  • Les caroubes, sous forme de poudre, présentent avant tout des vertus pour soulager bon nombre de troubles digestifs. La pulpe des fruits, consommée en décoction, est anti-diarrhéique et légèrement purifiante. En cas d’irritation du côlon, les caroubes peuvent soulager de façon naturelle tout comme en cas de reflux gastrique, d’acidité gastrique et de stéatorrhée : 30 grammes de poudre de caroubier, à diluer dans un liquide chaud et à répartir sur 24 heures, au moment des repas.
  • De par la présence de nombreux tanins, la caroube peut inhiber certaines enzymes digestives, contribuant ainsi à offrir une sensation de satiété, tout en assurant un certain volume dans l’estomac, de par sa teneur en fibres et en un sucre, le galactomannane : des fruits alliés pour réguler certains problèmes de surpoids, voir même en cas d’obésité, à prendre sous forme de poudre, une heure avant le repas.
  • De par la présence de polyphénols, surtout concentrés dans sa pulpe, le caroubier présente des vertus anticholestérolémiantes.

Les autres utilisations des caroubes 

  • La pulpe jaune, de par son goût légèrement chocolaté, représente un parfait substitut de cacao, les calories en moins.
  • Les graines de caroube grillées sont utilisées en substitution du café, en confiserie après le broyage des graines ou transformées en sirop
  • Les précautions d’emploi du caroubier :
  • Le caroubier risque de modifier les actions des plantes médicinales qui réduisent le taux de glycémie dans le sang et pourrait également diminuer la réponse glycémique de l’insuline chez les diabétiques.
  • Cette plante médicinale peut augmenter significativement l’effet des statines ou autres médicaments qui diminuent le taux de cholestérol.

Hostettler M, Steffen R, Tschopp A.Efficacy and tolerance of insoluble carob fraction in the treatment of travellers’ diarrhoea.1. J Diarrhoeal Dis Res. 1995 Sep;13(3):155-8
Zunft HJ, Lüder W, Harde A, Haber B, Graubaum HJ, Koebnick C, Grünwald J.Carob pulp preparation rich in insoluble fibre lowers total and LDL cholesterol in hypercholesterolemic patients. Eur J Nutr. 2003 Oct;42(5):235-42