Publié par

Bourdaine

bourdaine

La bourdaine, Rhamnus frangula, est un arbuste de la famille des Rhamnacées, à feuilles caduques et qui croît dans les régions européennes ainsi que dans certaines parties du Nord-est des Etats-unis. Ses fleurs blanches, ses petites baies jaunes et noires et surtout son écorce brune ont rendu cet arbuste prisé en phytothérapie.

Que contient la bourdaine ?

L’écorce de sa tige, la plus souvent récoltée à la fin du printemps ou au début de l’été, sur des arbres âgés d’au moins 4 ans, renferme des dérivés anthracéniques dont la fraguline, mais aussi des tanins, des flavonoïdes et des alcaloïdes.

L’histoire de la bourdaine :

Déjà décrite au XVIIème siècle par le célèbre botaniste anglais Nicolas Culpeper, sous une espèce voisine, le Rhamnus cathartica, les décoctions de son écorce servaient à purger la lymphe, la bile et les humeurs liquides responsables d’hydropisie.

Les vertus de la bourdaine :

  • Les anthraquinones ( anthrones et anthranols) de la bourdaine agissent sur la muqueuse du côlon, peuvent stimuler l’action de l’intestin, régulariser le fonctionnement de l’estomac et en cas de constipation( sauf en cas de tension de la paroi du côlon), être prescrite sans danger, contrairement au séné, pour régulariser le transit.
  • L’écorce de la bourdaine permet de stimuler la production de bile, effet particulièrement intéressant en cas de paresse biliaire.

Les emplois de la bourdaine :

  • En usage interne, l’écorce de la bourdaine peut être préparée sous forme de décoction, à raison de 2 grammes d’écorce séchée par tasse.
  • Pour un effet purgatif, il est alors nécessaire de doubler les doses, à savoir 4 grammes par tasse.
  • La décoction de bourdaine, appliquée en compresses sur les dartres peut faire merveille.

Les précautions liées à la bourdaine:

  • L’écorce fraîche de la bourdaine restant toutefois très purgative et surtout toxique, mieux vaut utiliser en phytothérapie celle séchée et stockée minimum un an. Il est vivement également déconseillé d’utiliser ses baies souvent décrites comme toxiques.
  • En cas de surdosage la bourdaine peut entraîner des vertiges, des convulsions, voire une aggravation de la constipation et son usage reste contre-indiquée chez la femme enceinte ainsi que chez les enfants.
  • Du fait de la présence de dérivés anthracéniques, potentiellement irritants pour le système gastro-intestinal, l’usage au long cours de la bourdaine est déconseillé et contre-indiquée en cas d’inflammations intestinales aiguës.

Des espèces de bourdaine voisines :

  • Le Rhamnus purshiana, plus communément appelé la cascara sagrada,originaire de la côte Pacifique de l’Amérique du Nord, présente une action similaire à la bourdaine.
  • Le nerprun, Rhamnus carthartica, originaire d’Europe,reste quant à lui plus utilisé en médecine vétérinaire.