Publié par

Bleuet

Bleuet

Le bleuet ou Centaurea Cyanus, de son nom plus scientifique, fait partie de la famille des Astéracées. Cette plante annuelle ou bisannuelle, aux fleurs bleu ciel en été croît dans les champs cultivés des régions tempérées. Originaire du Proche-Orient, le bleuet présente de nombreuses vertus, de par les différents constituants qu’il renferme, via à la fois ses fleurs, ses graines et ses feuilles, lui conférant ainsi une place de choix dans le domaine de la phytothérapie.

L’histoire du bleuet :


Déjà au 12ème siècle, la célèbre Sainte Hildegarde de Bingen faisait l’éloge du bleuet et de ses nombreuses vertus. Au 16ème, le non moins fameux herboriste P. Mattioli, s’appuyant sur la théorie des signatures, méthode des plus prisés à l’époque, selon laquelle l’apparence extérieure d’une plante indiquait ses applications thérapeutiques, renforça les usages médicinaux du bleuet : sa couleur bleu foncée, évoquant ainsi les yeux sains contribua à associer la plante comme remède contres les affections oculaires. La centaurea scabiosa, une plante d’une famille proche, servait au Moyen-âge à fabriquer un onguent des plus efficaces afin de cicatriser les blessures, tout en traitant les infections cutanées.

Que renferme le bleuet ?

Le bleuet contient de la chicine, un principe amer, des composés acétyléniques ainsi que des anthocyanosides et des flavonoïdes : un cocktail d’antioxydants à l’état pur.

Les effets et indications du bleuet :

  • Les pétales de la fleur de bleuet, riches en principes amers, présentent à la fois une action stimulante et fortifiante. Le bleuet, utilisé en décoction ou en teinture-mère, contribue à augmenter la sécrétion gastrique et salivaire, facilitant ainsi la digestion, tout en renforçant l’activité du foie. Son effet amer, en favorisant l’envie de manger, peut trouver une place afin de traiter certains problèmes liés à l’anorexie.
  • Très bon anti-inflammatoire naturel, ses feuilles en décoction permettent de soulager certaines douleurs rhumatismales, de par leurs effets également analgésiques.
  • Les graines du bleuet, de par leur action légèrement laxative, contribuent à lever certains problèmes de constipation passagère, notamment chez l’enfant.
  • Le bleuet constitue le remède de choix dans la sphère oculaire, apaisant ainsi les yeux irrités de façon douce : soit en bains d’yeux , une fois l’infusion filtrée, soit directement en cataplasmes via les pétales.
  • Le bleuet, distillé, permet d’obtenir un hydrolat particulièrement apprécié pour apaiser et réparer les yeux fatigués ou irrités. Plus particulièrement préconisé pour les personnes sujets aux allergies, il s’utilise également en compresses sur les yeux mais pas seulement. Il trouve un usage de surcroît pour tonifier le tissu cutané et s’emploie contre la couperose.

Une confusion possible avec d’autres centaurées :

Les petites centaurées, qui présentent des fleurs roses ou jaunes , appartiennent à la famille des Gentianacées, du genre Centaurium, qu’il convient de ne confondre avec le bleuet, du genre Centaurea, mais appartenant donc à la grande famille des Astéracées.