Posted on

Badamier

Buceras catappa ou amandier Pays, tels sont les noms dont est parfois affublé cet arbre de la famille des Combretacées, le badamier répondant au nom scientifique de terminalia catappa. Originaire de Nouvelle-Guinée mais présent dans de nombreuses régions tropicales, comme les Antilles, la Polynésie et l'Indonésie, le badamier est un arbre fruitier particulièrement apprécié pour ses fruits nutritifs ainsi que pour ses autres vertus.

Buceras catappa ou amandier Pays, tels sont les noms dont est parfois affublé cet arbre de la famille des Combretacées, le badamier répondant au nom scientifique de terminalia catappa. Originaire de Nouvelle-Guinée mais présent dans de nombreuses régions tropicales, comme les Antilles, la Polynésie et l’Indonésie, le badamier est un arbre fruitier particulièrement apprécié pour ses fruits nutritifs ainsi que pour ses autres vertus.

Que renferme le badamier ?

  • Les fruits du badamier, de couleur violet-rose, une fois atteint leur maturité, présentent une peau tendre ainsi qu’une fine couche de chair comestible au goût acide. Parfois appelé myrobalan ou badame, son fruit vert peut également être consommé comme un cornichon, une coutume culinaire plus spécifique de la Réunion.
  • L’intérieur du fruit renferme une amande riche en huile, comestible, au goût délicat qui n’est pas sans rappeler celui de la noisette.
  • Les feuilles du badamier constituent avant tout une source d’alimentation, de par la richesse nutritive qu’elles apportent.
  • De plus, ces feuilles tout comme sa racine, renferment des terpènes, un certain nombre d’antioxydants, dont les fameux flavonoïdes sous forme de quercétol, de leucocyanidine et de kaempférol, des composés phénoliques ainsi que des tanins : une source précieuses d’antioxydants aux actions tant recherchées dans la lutte des radicaux libres.
  • La décoction des feuilles pourrait présenter un intérêt dans le traitement de l’hypertension artérielle, de par leurs effets hypotenseurs supposés, couplés à une activité hépato-protectrice.
  • L’écorce du badamier, quant à elle, trouve toute sa place dans le traitement de la toux, prise sous forme d’extrait de jus ou dans le cas d’infections urinaires, consommée alors sous forme de décoction.

Les autres usages du badamier :

Au Vanuatu, le bois sert entre autre à fabriquer les célèbres pirogues ou bien à sclupter des objets artisanaux même s’il demeure avant tout un bon combustible ainsi qu’un bon bois de charpente.